Prélèvements anathomopathologiques

               Le traitement des prélèvements anatomopathologiques se divise en trois phases : pré-analytique, analytique et post-analytique. La première s’étend de l’exérèse au transport. L’acteur  principal de cette phase est l’infirmier de bloc opératoire.  Malgré ce rôle essentiel, les questions sur le sujet sont quotidiennes. Quel fixateur utiliser ? Quel contenant pour le prélèvement ? Ou bien encore, quel délai pour l’acheminer au laboratoire ? Cela peut se résumer en une seule question. Quelles sont les bonnes pratiques pour la gestion des prélèvements d’anatomopathologie au bloc opératoire ? Celles-ci peuvent se répartir en trois catégories : le conditionnement, la traçabilité et l’acheminement.

Le conditionnement : Choix du flacon et du fixateur

Tous les prélèvements doivent être conditionnés dans un flacon (après orientation et marquage de la pièce par le chirurgien si nécessaire) ou épinglés sur un plateau et mis dans un récipient :

  • de taille adaptée
  • fermé hermétiquement
  • étiqueté au nom du patient
  • numéroté (si flacons multiples)
  • mis dans un emballage bien fermé

Pour les prélèvements frais (simple ou extemporané) il s’agit d’un flacon sec.

Après vérification de l’indication de fixation auprès du chirurgien, les prélèvements fixés seront mis dans un flacon contenant  du formol tamponné (fixateur de référence). Il doit représenter dix fois le volume de la pièce opératoire.

Il est important de limiter la quantité de sérum physiologique transféré lors du conditionnement. Le fixateur a une concentration connue et contrôlée, il ne doit pas être dilué.

La traçabilité : Bon de liaison

               Il existe dans chaque établissement, un bon de liaison entre le bloc opératoire et le laboratoire d’anatomopathologie différent. Cependant, certaines informations doivent impérativement apparaitre quel que soit le bon :

  • l’identité du patient et le service
  • la date
  • le nom du prescripteur
  • l’heure d’exérèse et de fixation
  • les renseignements cliniques et la nature du prélèvement
  • la présence d’épingles ou de matériel piquant
  • Le numéro de téléphone à joindre pour l’extemporané

Ces informations doivent être lisibles, pour cela il est préférable d’écrire au stylo noir (ou bleu).

 En ce qui concerne les renseignements cliniques, ils doivent être donnés par le chirurgien.  S’ils sont écrits par l’infirmier, il ne faut pas hésiter à faire répéter ou à se faire épeler les termes médicaux. Pour l’heure de fixation, il faut savoir qu’il y a une durée  optimale de 6h minimum (pour une biopsie) jusqu’à 72h maximum pour que la pièce soit correctement fixée. L’important ici est que la sous-fixation est irréversible et que la sur-fixation peut être rattrapable mais seulement si elle est identifiée. Les techniciens et pathologistes n’ont qu’une seule source d’informations afin de connaître le temps de fixation, c’est le bon de liaison.

Un flacon trop petit avec peu de fixateur, une pièce opératoire collée aux parois du flacon ou un fixateur dilué auraient également pour conséquence une fixation insuffisante ou incomplète.

L’acheminement : l’ischémie froide

               L’ischémie froide est la période entre la résection opératoire et la mise dans un fixateur (que cette dernière se passe au bloc opératoire ou au laboratoire d’anatomopathologie). En effet, à terme, toutes les pièces seront fixées au laboratoire. Durant cette période d’ischémie froide, le prélèvement subit dessiccation et dégradation. C’est pourquoi afin de lutter contre la dégradation du prélèvement  il faut soit fixer rapidement la pièce au bloc soit, si c’est une pièce fraiche, la faire partir au laboratoire dans les plus brefs délais.

Le temps entre l’exérèse et l’arrivée au laboratoire ne doit pas excéder 1h. Il est important de prendre en compte la durée du transport. Si la pièce fraiche est mise en attente au bloc opératoire, elle sera conservée à 4°C. Ce qui peut doubler le temps d’ischémie froide.

 Pour les prélèvements fixés, ils seront transmis au laboratoire dans un délai de quelques heures (pour une biopsie) à 24h et ce après une fixation rapide suite à l’exérèse.

Le prélèvement extemporané doit toujours être envoyé immédiatement  afin d’avoir des résultats rapides pour que le chirurgien puisse décider de la suite à donner à la chirurgie.

               Le respect de ces règles est essentiel  et le rôle de l’infirmier de bloc opératoire dans la prise en charge de ces prélèvements est primordial. En effet, les répercussions d’une non conformité peuvent aller d’un retard d’analyse à une erreur diagnostique. Il peut même arriver qu’il soit nécessaire de prélever à nouveau.

En dehors des recommandations, il existe des pratiques dans certains blocs opératoires qui sont validées par les chirurgiens et les pathologistes. L’essentiel, ici, est la communication entre le laboratoire et le bloc opératoire, entre le prélèvement et l’analyse.

Ressources:

Association Française d’Assurance Qualité en Anatomie et Cytologie Pathologiques ( AFAQACP),

Recommandations de Bonnes Pratiques en Anatomie et Cytologie Pathologiques, V2 et annexe 7 2009.

https://www.afaqap.fr/ et https://www.afaqap.fr/

Recommandations du GEFPICS concernant la phase pré-analytique pour l’évaluation de HER2 et des récepteurs hormonaux dans le cancer du sein : mise à jour 2014, In Annales de Pathologie, Volume 34, 2014, Pages 366-372.

http://www.sciencedirect.com/

Visit Us On InstagramVisit Us On FacebookVisit Us On Linkedin