Les Accidents avec Expositions au Sang

Définition

D’après le site GERES (groupe d’étude sur le risque d’exposition des soignants aux agents infectieux) : 

  • Un accident exposant au sang (AES) est défini comme tout contact avec du sang ou un liquide biologique contenant du sang et comportant soit une effraction cutanée (piqûre ou coupure) soit une projection sur une muqueuse (oeil, bouche) ou sur une peau lésée.
  •  Sont assimilés à des AES les accidents survenus dans les mêmes circonstances avec d’autres liquides biologiques tels que sécrétions génitales, liquide cérébro-spinal (LCS), synovial, pleural, péritonéal, péricardique, amniotique… Ils doivent être considérés comme potentiellement contaminants même s’ils ne sont pas visiblement souillés de sang  comme un AES.

Ainsi les personnels de santé doivent s’en protéger en respectant les précautions standard, utilisant le matériel adapté à chaque situation et en se vaccinant contre l’hépatite B. La gravité de l’AES se mesure par la profondeur de la plaie et le taux de virémie du patient. Le risque est majoré lorsque l’on effectue un geste intravasculaire, lorsque le dispositif est visiblement souillé et lorsque le dispositif est creux et de gros calibre. 

Conduite à tenir

  1. En cas de piqûre, blessure ou contact direct de liquide biologique sur peau lésée :
    • Ne pas faire saigner
    • Nettoyer immédiatement la zone blessée à l’eau et au savon et rincer
    • Désinfecter la zone lésée pendant au moins 5 minutes à l’aide de Dakin ou d’eau de Javel à 12% ou polyvidone iodée dermique ou, si aucune de ces solutions ne sont présentes, de l’alcool à 70°
  2. En cas de projection sur les muqueuses ou dans les yeux :
    • Rinçage abondant à l’eau ou au sérum physiologique pendant au moins 5 minutes

Le patient doit être prévenu de l’incident afin qu’il soit informé des examens à réaliser et d’obtenir son consentement. Une prescription pour prélever les sérologies (VIH, VHB, VHC) du patient est immédiatement émise avec mentionné dessus “AES”. Les résultats sont ainsi émis en une heure.

Il est ensuite nécessaire d’évaluer le risque de contamination. Pour cela, il suffit de contacter un médecin référent qui va évaluer le risque infectieux du patient source et qui informera l’agent sur les mesures à prendre (prophylaxie, vaccination). Quand il y a risque de VIH, le traitement est à débuter dans les 4 heures qui suivent l’AES.

L’accident doit ensuite être déclaré dans les 48 heures et par écrit pour être considéré comme un accident du travail. Le médecin du travail doit être contacter afin d’effectuer le suivi clinique et sérologique.

Législation

CIRCULAIRE N° DGS/DH/98/249 du 20 avril 1998 relative à la prévention de la transmission d’agents infectieux véhiculés par le sang ou les liquides biologiques lors des soins dans les établissements de santé.

Circulaire DGS/VS 2/DH/DRT n° 99-680 du 8 décembre 1999 relative aux recommandations à mettre en oeuvre devant un risque de transmission du VHB et du VHC par le sang et les liquides biologiques.

Circulaire DGS/DHOS/DRT/DSS/SD6 A n° 2003-165 du 2 avril 2003 relative aux recommandations de mise en oeuvre d’un traitement antirétroviral après exposition au risque de transmission du VIH.

Arrêté du 10 juillet 2013 relatif à la prévention des risques biologiques auxquels sont soumis certains travailleurs susceptibles d’être en contact avec des objets perforants

Sources : légifrance, geres.org, 

Visit Us On InstagramVisit Us On Facebook