Le pré, per et post opératoire

L’IBODE a plusieurs rôles suivant les temps de l’intervention chirurgicale. Il est le garant de la sécurité du patient et du bon déroulé de l’intervention. Pour cela il doit :

En pré-opératoire :

  • Préparer l’environnement opératoire

L’IBODE commence par l’ouverture de salle, c’est à dire qu’il vérifie la présence, la propreté et le bon fonctionnement de tous les éléments de la salle qui seront nécessaire pour le bon déroulement de tout le programme opératoire de la journée. Il doit aussi agencer la salle de la façon la plus ergonomique possible et qui permet de respecter les règles d’asepsie et de sécurité tout au long de l’intervention. Pour cela, il s’est au préalable renseigné sur le mode d’installation et de chirurgie afin de prévoir tous les appuis nécessaires, la bonne table d’intervention et les équipements électriques.

Il choisit les matériels à usages uniques et multiples, vérifie leurs intégrités, les dates de péremptions et les ordonne dans le respect des temps opératoires.

Les lois :

  • Code de la Santé Publique. Livre III, titre 1, chapitre 1er. Exercice de la profession, article R4311-11, “L’infirmier titulaire du diplôme d’Etat de bloc opératoire ou en cours de formation préparant à ce diplôme, exerce […] les activités suivantes […] la gestion des risques liés à l’activité et à l’environnemment opératoire […]”.
  • Arrêté du 3 octobre 1995 relatif aux modalités d’utilisation et de contrôle des matériels et dispositifs médicaux assurant les fonctions et actes cités aux articles D.712-43 et D.712-47 du Code de la Santé Publique.
  • Décret n°2006-1497 du 29 novembre 2006 fixant les règles particulières de la matériovigilance exercée sur certains dispositifs médicaux et modifiant le code de la Santé Publique.
  • Arrêté du 7 janvier 1993 relatif aux caractéristiques du secteur opératoire mentionné à l’article D.712-31 du code de la Santé Publique pour les structures pratiquant l’anesthésie ou la chirurgie ambulatoire visées à l’article R.712-2-1 (b), de ce même code.
  • Accueil du patient

Voir l’article : ici

  • Installation provisoire

Permet l’anesthésie en respectant la sécurité, le confort et la pudeur du patient. En détail ici

Pendant la phase d’induction , il est recommandé de ne pas faire de bruit pour permettre une anesthésie calme au patient.

  • Installation définitive

Le sondage urinaire s’effectue juste avant l’installation, après l’induction. Sauf interventions particulières, notamment en Urologie. Positionnement du patient en posture chirurgicale, en alliant le confort du chirurgien et du patient. L’installation définitive permet une bonne exposition de la zone à opérer. Une fois le patient installé, on veillera à prévenir tous les risques nerveux, vasculaires, musculo-cutanés et ostéo-articulaires (chute). En derniers seront positionnés la couverture chauffante à air pulsé et l’électrode neutre (ou de dispersion).

  • Préparation cutanée

Selon les protocoles de service, une détersion pré-opératoire ainsi que l’application d’un antiseptique cutané peut être demandé avant l’antisepsie faite par l’équipe chirurgicale, selon les protocole de service en vigueur.

En per opératoire :

L’IBODE circulant(e) et l’instrumentiste/aide opératoire forment un binôme tout au long de l’intervention. Ils sont les garants des bonnes pratiques, du respect des règles d’hygiène et d’asepsie, et préviennent les risques liés au patient, aux personnels, à l’environnement et à l’intervention. Ils font ensemble toutes les parties de la check-list, en collaboration avec l’équipe d’anesthésie.

  • Circulant(e)

Il satisfait aux besoins de l’équipe tout au long de l’intervention chirurgicale : en habillant stérilement l’équipe, distribuant les dispositifs médicaux à usages uniques et multiples, dans le respect des temps opératoires, et en réapprovisionnant au bon moment les différents dispositifs médicaux (textiles, sérum…). Il doit toujours avoir deux temps d’avance sur la chirurgie.

Il branche tous les appareils et effectue les réglages appropriés. Il peut aider au drapage en respectant les règles d’asepsie.

Il effectue toute la traçabilité (matériels donnés, implants, feuille de suivi de l’intervention, compte des textiles, événement indésirable…).

Il applique et fait appliquer les précautions liées aux risques d’accidents d’exposition au sang ou AES (proposition des lunettes, double gantage…). Information sur les AES : ici

Il participe au tri et traitement des déchets et organise la pré-désinfection. Information sur le trie des déchets : ici

Au cours de ce temps, il peut être amené à s’occuper du bon suivi du programme opératoire et de la préparation des patients du reste de la journée.

  • Instrumentiste / aide opératoire 

L’IBODE prépare les tables d’instrumentations (table pont / serviteur muet / tables de réserve) de façon ergonomique et ordonnée. Il présente les instruments au bon moment, dans le sens d’utilisation en préservant toujours la partie noble. Il veille à la propreté de la table et au respect des différents temps tout au long de l’intervention. Il anticipe les besoins de l’opérateur en ayant toujours un temps d’avance.  C’est le garant de la sécurité du patient et du champ opératoire pendant l”intervention.

Il participe aussi à la prévention des risques d’AES.

Il compte les textiles en binôme avec le circulant.

Il peut aider à la fermeture sous cutanée et cutanée ainsi qu’au positionnement et à la fixation du drain en sus aponévrotique. Il participe au pansement et s’assure de la toilette du patient en fin d’intervention.

L’IBODE est garant du matériel. C’est à dire qu’en fin d’intervention il compte, ordonne et prépare ses instruments à la pré-désinfection.

Les lois :

  • Code de la Santé Publique. Livre III, titre 1, chapitre 1er. Exercice de la profession, article R4311-11, “L’infirmier (ère) titulaire du diplôme d’Etat de bloc opératoire ou en cours de formation préparant à ce diplôme, exerce […] les activités suivantes […] la gestion des risques liés à l’activité et à l’environnement opératoire […]”.
  • Arrêté du 3 octobre 1995 relatif aux modalités d’utilisation et de contrôle des matériels et dispositifs médicaux assurant les fonctions et actes cités aux articles D. 712-43 et D. 712-47 du Code de la santé publique.
  • Décret n°2006-1497 du 29 novembre 2006 fixant les règles particulières de la matériovigilance exercée sur certains  dispositifs médicaux et modifiant le code de la santé publique.
  • Arrêté du 7 janvier 1993 relatif aux caractéristiques du secteur opératoire mentionné à l’article D.712-31 du code de la santé publique pour les structures pratiquant l’anesthésie ou la chirurgie ambulatoire visées à l’article R.712-2-1 (b), de ce même code.

En fin d’intervention :

L’IBODE participe à la réinstallation du patient et à son transfert en SSPI. Il rassemble tous les éléments du dossier et enregistre l’intervention.

Dans certaines structures, il coordonne la radio post opératoire.

L’IBODE met ses instruments en pré-désinfection.

Il veille au bon déroulement du bionettoyage et reconstitue l’environnement opératoire en fonction du programme et de l’intervention qui suit ( ou celles du lendemain en fin de journée).

Visit Us On InstagramVisit Us On Facebook