La gestion des risques au bloc opératoire

Les pré-requis à une bonne gestion des risques passent par une bonne connaissance : 

  • Du tableau opératoire
  • Du dossier du patient (voir l’accueil du patient : ici)
  • Des déroulés des temps septiques et/ou prothétiques : ici
  • Des normes d’hygiène (ici

La gestion des risques :

D’après l’HAS, le risque se définit comme une “situation non souhaitée ayant des conséquences négatives résultant de la survenue d’un ou plusieurs événements dont occurrence est incertaine”.

Cette gestion des risques fait partie des activités et compétences IBODE : 

  • Activité 3 :  Mise en œuvre et contrôle de mesures d’hygiène en bloc opératoire et dans les secteurs associés.
  • Activité 4 : Mise en en œuvre de mesures de qualité et de sécurité au bloc opératoire et dans les secteurs associés.
  • Compétence 2 : Analyser la qualité et la sécurité en bloc opératoire et en salle d’inter­ven­tion et déterminer les mesures appropriées.
  • Compétence 3 : Mettre en œuvre des techniques et des pratiques adaptées au processus opératoire.

Le référentiel complet de compétences ici

Le référentiel complet d’activités ici

Le bloc opératoire :

Le bloc opératoire est une structure protégée construite selon un plan architectural particulier qui suit des procédures précises (traitement de l’air, traitement de l’eau, zonage). Information sur le zonage au bloc opératoire : ici

Afin de se prémunir du risque infectieux, l’ensemble de l’environnement est soumis à des règles de circulation précises, supervisées par l’IBODE :

  • Circuit du personnel : ici
  • Circuit des patients : gestion du planning opératoire (patients septiques en dernier), préparation de l’opéré, entretien des lits/brancards et de leur stockage…
  • Circuit du matériel souillé : organisation de la pré-désinfection, respect des étapes de la pré-désinfection à la stérilisation (plus d’informations ici), présence de locaux réservés aux nettoyages des instruments, bonne utilisation et traçabilité des procédures de traitement des instruments, bonne pratique du bionettoyage….
  • Circuit des déchets : présence des collecteurs d’OPTC, trie des déchets suivi (informations ici), fermeture et identification des sacs de déchets, entretien des conteneurs de recueil des sacs de déchets, emplacement / capacité et respect des normes des lieux de stockages des déchets.

Les classes de risques :

  1. Pas d’actes invasifs
  2. Actes invasifs sans risques liés à l’environnement : endoscopie, soin pré ou post intervention, stock des dispositifs médicaux.
  3. Actes invasifs avec risques liés à l’environnement : ORL, ophtalmo, chirurgie digestive, urologie, neurochirurgie, plastie, obstétrique, arthroscopie.
  4. Actes invasifs à haut risque : orthopédie, cardio-vasculaire, grands brûlés.

Source : SF2H, CLIN, CPIAS

Visit Us On InstagramVisit Us On Facebook